COVID-19

En raison de la crise sanitaire, Objectif Métropoles de France se voit contraint de reporter la sortie de son numéro de mars 2020 à une date ultérieure. Nous tenons à vous adresser toutes nos excuses. En ces circonstances exceptionnelles, la rédaction va se mobiliser sur le web pour poursuivre son travail d'information.
Prenez soin de vous et de vos proches !

Accueil Savoir-Faire MétropolitainsEnvironnement La Métropole de Lyon se lance dans le « biogaz »

La Métropole de Lyon se lance dans le « biogaz »

par Yoanna Sallese

Par Yoanna Sallese

Depuis février 2019, une station d’épuration de la Métropole lyonnaise produit du « biogaz » grâce à un nouveau système d’exploitation des eaux usées. Ce procédé permettrait de chauffer près de 500 logements du territoire sur une année.

Entre Villeurbanne et Vaulx-en-Velin, deux communes du Grand Lyon, se trouve la station d’épuration de la Feyssine dite « Aqualyon ». Pilotée par la Métropole, qui détient la compétence assainissement, et mise en service en mars 2011, cette station traite en moyenne 91 000 mètres cubes d’eaux usées par jour. Depuis décembre 2018, « les eaux usées sont transformées par un nouveau mécanisme de méthanisation en gaz naturel. Nous estimons à 6,2 GWh/an la production de ce gaz vert », précise-t-on à la Métropole. Outre cette première contribution à l’économie circulaire, ce nouveau procédé permet de chauffer environ 520 logements sur une année, par l’injection du biogaz dans le réseau de Grdf. C’est la société Sequaly, filiale du groupe Suez, qui exploite ce gaz naturel, dans le cadre d’un marché de prestation de service d’une durée de huit ans. En parallèle, le biogaz est également utilisé comme carburant pour alimenter 40 camions de bennes à ordures ménagères sur le territoire métropolitain.

Recettes attendues : 2,6 millions d’euros

Au total, il aura fallu 2,3 millions d’euros pour mener à bien ce projet, financé en partie par la Métropole de Lyon, l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse, et l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). La collectivité estime qu’un retour sur investissement serait atteint après 7 ans. Sur une durée de 15 ans, les recettes attendues devraient s’élever à 2,6 millions d’euros.

Une dizaine d’autres villes françaises se sont déjà engagées dans la production de biogaz par méthanisation des eaux usées, telles que les villes de Strasbourg, première Métropole à avoir exploité le biogaz en 2015, Grenoble ou encore Annecy.

Photo : La Station Aqualyon produit du biogaz ou gaz naturel grâce à un système de méthanisation des eaux usées.

©Métropole de Lyon

Articles Liés