Accueil Savoir-Faire MétropolitainsEnvironnement La Fondation Orléans, un organisme au service de l’intérêt général

La Fondation Orléans, un organisme au service de l’intérêt général

par Yoanna Sallese
655 vues

Par Yoanna Sallese

Lancée en février 2019, la Fondation Orléans, fondation privée composée d’une dizaine d’entreprises et la Ville d’Orléans, se veut être « un nouvel outil » destiné à financer des projets locaux et inclusifs sur le territoire orléanais.

La Fondation Orléans, fondation privée présidée par Jean-Paul Combémorel, délégué régional d’EDF Centre-Val de Loire, regroupe une dizaine d’entreprises, la Ville d’Orléans et son université, considérées comme mécènes. Lancée le 20 février 2019, à l’initiative de la Ville d’Orléans, cette nouvelle fondation poursuit un double objectif.

Elle accompagne des projets d’intérêt général, et « finance des projets inclusifs de façon à rendre le territoire plus attractif », confie Laurent Fesneau, délégué général de la Fondation Orléans. Selon lui, « il existe d’autres fondations émanant d’initiatives publiques comme la fondation Bordeaux Mécènes Solidaire ou la Fondation du Nord à Lille. Mais dans notre cas, notre originalité est que nous sommes la seule fondation privée à intégrer une collectivité, des entreprises et une université. La Métropole devrait nous rejoindre en 2020 ».

Une fondation au service de l’intérêt général

Concernant les projets financés par la fondation, tous doivent être en lien avec la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE), qui regroupe l’ensemble des pratiques mises en place par les entreprises dans le but de respecter les principes du développement durable.

« Nous ne nous intéressons qu’à l’intérêt général en lien avec l’attractivité territoriale. L’intérêt général et la dynamique territoriale ne constituent pas des enjeux contraires. L’éducation, l’enseignement supérieur, la recherche et la culture sont des grands domaines de l’intérêt général qui contribuent à la dynamique économique d’un territoire », explique Laurent Fesneau.

Plusieurs volets ont été choisis comme l’inclusion numérique, la biodiversité, l’éducation, et la connaissance scientifique. La fondation n’en étant qu’à ses débuts, pour l’heure, deux projets bénéficient de son aide. Ainsi, elle finance à hauteur de 150 000 euros répartis sur quatre ans, l’association Coup de Pouce Clé qui met en place du soutien scolaire. Quatre fois par semaine, plusieurs élèves du territoire de la Métropole d’Orléans en échec scolaire et issus de milieux défavorisés vont suivre des cours de soutien. Deuxième projet, la Métropole d’Orléans a lancé un appel à manifestation d’intérêt en décembre 2017 afin de pallier l’absence d’établissements d’enseignement supérieur sur son territoire. Trois grandes écoles, une de commerce et deux d’ingénieurs, s’implanteront sur le campus orléanais entre 2019 et 2020. Dans ce cadre, la fondation s’apprête à financer des bourses dédiées aux étudiants ainsi que des outils pédagogiques et des laboratoires de recherches.

Les entreprises au cœur du dispositif

Dès sa création, la Ville d’Orléans, EDF, le Crédit mutuel du Centre, Orcom, John Deere, Durand Montouché, Engie, la FNAIM, Forces Motrices, Bouygues Energie et Services sont les mécènes qui composaient la Fondation Orléans. A terme, l’organisme espère en compter une centaine. « Plusieurs entrepreneurs souhaitent s’engager sur le territoire. Je suis convaincu qu’un territoire gagnant est celui où les entreprises s’investissent afin de dynamiser notre économie et donner envie aux autres sociétés de s’implanter sur l’Orléanais », indique Laurent Fesneau.

Afin de permettre à une majorité d’entre elles d’intégrer la fondation, plusieurs niveaux d’entrées sont proposés, à savoir que le montant minimal est de 1000 euros. « Nous avons un ticket d’entrée bas pour faire nombre et assurer la pérennité et le dynamisme de la fondation », poursuit le délégué général. Ainsi, les entreprises membres peuvent bénéficier d’une réduction d’impôt égale à 60% de leur don versé.

A ce jour, les sociétés ont apporté entre 1000 et 50 000 euros à la fondation. La Ville a contribué à hauteur de 50 000 euros et la Métropole devrait y investir la même somme à partir de 2020. Ainsi, la Fondation Orléans a acquis près de 300 000 euros de budget et espère doubler voire tripler ce montant d’ici quelques années.

 

La Fondation FACE : Une structure accueillante d’utilité publique

Afin d’éviter une procédure administrative longue pour obtenir le statut de fondation d’intérêt général (trois ans de procédure en passant par le Conseil d’Etat), la Fondation Orléans a passé une convention avec la Fondation Agir Contre l’Exclusion (FACE), reconnue d’utilité publique. Cette opération lui a ainsi permis de recueillir rapidement des mécènes et de se positionner sur quelques projets territoriaux.

Articles Liés