Accueil Actualités Municipales à Lyon : la guerre des Gaules

Municipales à Lyon : la guerre des Gaules

par Sébastien Fournier
Municipales à Lyon

Pastille Municipales

A l’occasion des municipales 2020, Objectif Métropoles de France va suivre la campagne dans les métropoles françaises. Quelles sont les forces en présence dans chaque grande ville ? Que faut-il retenir ? OMF va décrypter les enjeux locaux. Premier numéro de la série, Lyon, avec une bataille entre les marcheurs, Gérard Collomb et David Kimelfeld.

Pour la première fois, deux élections auront lieu à Lyon. L’une à la ville et l’autre à la métropole. C’est cette dernière qui attire toutes les attentions. Gérard Collomb, l’actuel maire de la ville, va tenter de reprendre son fauteuil qu’il n’avait pas pu récupérer en 2018, après son passage place Beauvau. En effet, l’ex-ministre de l’Intérieur l’avait confié à David Kimelfeld, qui, contre toute attente, a décidé de le conserver. Les deux hommes vont s’affronter, le premier étant officiellement investi par LREM après de longues tergiversations, et le second est en dissidence.

Situation tendue

La bataille tourne à la guerre de tranchées. D’anciens soutiens de Gérard Collomb ont rejoint le clan Kimelfeld, suscitant l’indignation de ses troupes qui hurlent à la trahison. De l’autre côté, ce n’est guère mieux. Pour preuve, Gérard Collomb a récemment crié au scandale après s’être fait huer lors de la cérémonie des vœux de David Kimelfeld dans le 4ème arrondissement. Sur le fond, le président sortant de la métropole reproche à Gérard Collomb son virage à droite. Inversement, ce dernier reproche à son successeur son laxisme. Selon les derniers sondages, Gérard Collomb est favori avec 7 points d’avance sur le candidat EELV Bruno Bernard, crédité de 20 %. David Kimelfeld est, quant à lui, en quatrième position derrière François-Noël Buffet (LR). Parmi les autres candidats, figure Renaud Payre, à la tête d’une liste d’union de la gauche, ainsi qu’Andréa Kotarac, transfuge de La France insoumise, passé sous les couleurs du Rassemblement national.

La ville de Lyon

Pour la ville, Gérard Collomb soutient la candidature de Yann Cucherat (LREM) au poste de maire de Lyon. L’ancien gymnaste compte mettre l’accent sur l’éducation et la sécurité. Un projet phare figure également dans son programme, celui de la construction d’une « autoroute écologique », visant à boucler le périphérique lyonnais. Véritable sujet transpartisan, l’écologie est sans grande surprise la « star » de ces élections municipales. Grégory Doucet (EELV), le favori des sondages, souhaite soutenir l’agriculture de la métropole lyonnaise en optant pour le 100% bio dans la totalité des écoles de la ville, et donner une place plus importante au vélo. Etienne Blanc, candidat LR, au coude à coude avec Grégory Doucet,  propose de son côté de faire de Lyon la « plus grande ville-jardin d’Europe ». Il souhaite développer l’éco-conduite avec des voitures à l’hydrogène. La « gauche unie pour Lyon 2020  » emmenée par Sandrine Runel (PS), créditée de 11 %, n’est pas en reste. La candidate veut redonner du souffle aux Lyonnais. Proche des idées d’EELV, elle n’exclut pas « une gouvernance commune » dans les années à venir.

A lire sur Lyon :

Comprendre le scrutin des municipales et des intercommunalités en 1’30

La Métropole de Lyon se lance dans le « biogaz »

Articles Liés