Accueil Actualités Une femme à la tête du lobby des grandes villes

Une femme à la tête du lobby des grandes villes

par Sébastien Fournier

Johanna Rolland prend la tête de France urbaine, l’Association des maires de grandes villes de France et des présidents de Métropoles.

Johanna Rolland, maire de Nantes (PS) a été élue ce jour présidente de l’association d’élus France urbaine, succédant à Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse (LR). Avec 51 voix, contre 46 pour son prédécesseur, elle devient la première femme à diriger cette association née en 2015 de la fusion de l’Association des maires de grandes villes de France avec l’Association des communautés urbaines de France.

Ce vote est la conséquence de la progression de la gauche dans les grandes villes de France et métropoles lors des dernières municipales. Aujourd’hui, l’association compte 59 membres à gauche contre 45 à droite alors qu’à l’issue du précédent scrutin, en 2014, les deux blocs siégeaient à parité.

L’élection de Johanna Rolland n’a pourtant pas été une promenade de santé. Elle a du se débarrasser, au cours d’une primaire, d’un autre candidat socialiste, François Rebsamen, maire de Dijon, qui pourtant avait été adoubé par le PS lors de son congrès fin août. Les deux élus se sont affrontés à fleurets mouchetés quelques jours avant le vote. L’édile de Nantes reprochait à son collègue de Dijon d’aller chercher les voix de droite, quand ce dernier voyait dans la candidature de Johanna Rolland une prise de pouvoir des Verts. Une façon de critiquer l’accord qu’elle a passé avec les écologistes au second tour des municipales à Nantes. Au fond, cette rivalité a mis en évidence les désaccords qui règnent au PS sur la question des alliances avec les Verts.

Articles Liés